Autocensure, intimidation et répression… le quotidien amer des journalistes en Algérie

8:42 AM Aida Alami 0 Comments

 

Depuis février 2019, le « Hirak Populaire » embrase l’Algérie. La dérive autoritaire du pays l’a fait tomber à la 146e place, sur 180, dans le classement annuel de la liberté de la presse de Reporters sans frontières. Certains journalistes sont en prison tandis que d’autres sont poursuivis en liberté. En attendant leur jugement et malgré les pressions, ils continuent de faire leur travail.

 

Suite sur le site Mediapart.

You Might Also Like